Des Comètes

  • Icône social Instagram
  • Spotify Icône sociale
  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Social Icon
  • SoundCloud sociale Icône

Sur cette scène, évoquant une planète qui remonterait le temps, se trouvent une harpe classique, de nombreux micros, des machines, un piano électronique, un séquenceur, une grosse caisse, des pads, beaucoup de pédales et une pléiade d'objets.

 

Laure Brisa orchestre un panthéon personnel, un opéra domestique, avec tout ce qui l’entoure.

 

Tel le mécanisme de nos rêves, sans logique et sans linéarité, elle nous fait traverser des paysages sonores, bouclant de la pointe des pieds, étoffant du bout des doigts, peignant délicatement les contours, les angles de vues, les profondeurs de champs, les travellings de cet opus qu'elle construit à vue et dont elle offre les rouages.


Nous sommes conduits vers un autre endroit de l'être, l'absence, la rêverie, l’errance, la folie. Les comètes sont ces êtres emportés vers ailleurs qui traversent le ciel de nos mémoires. Les images apparaissent et disparaissent, enflent et meurent, on y voit de grandes étendues, des ciels re-colorés, l’espace est traversé par des vents et des brumes, des miroirs et des lunes, des comètes et des étoiles, la mer en reverse, des mots de Shakespeare ou d'Aristote, des danseurs ou des héros, des figures de femmes disparues...

Distribution

Conception, interprétation 

Laure Brisa 

 

Collaboration Artistique 

Alexandre Brisa 

 

Création et Régie Lumière 

Matthieu Etignard / ATFULL

 

Régie lumière ( remplacement) 

Adrien Oheix 

 

Ingénieur du son 

Warren Dongué ou Théo Pombet 

 

Direction technique / Régie plateau 

Gregoire Castegnaro ou Etienne Charbonnier 

 

Conception et construction de la scénographie

Johan Chabal 

 

Réalisation d’images 

Paume / Chloé François, Alexandre Brisa 

 

Accompagnement chorégraphique 

Caroline Bouquet et Marie Bourgeois 

 

Costume 

Balmain Paris

 

Production, diffusion  

Geneviève Clavelin 

 

Production, administration

Pauline Horteur 

 

Conseils scénographique et artistique  

Yoann Bourgeois

Apparaissent dans les images projetées 

Adela Perroud, Jean Vincent Brisa, Nicole Vautier, Yoann Bourgeois, Vicenta Brisa Marco, Autoportrait de Claire Tabouret

& Le film Lovers d’Alexandre Brisa 

Crédits Musique 

 

Magma

Laure Brisa, Laurie Bellanca 

 

Wandering Stars 

Musique : Laure Brisa 

 

The Letter 

Texte: Ghislaine Vautier, Laure Brisa 

Musique : Laure Brisa, Canblaster

Voix parlée : Emily Harries 

 

Extrait de : Kirik Düsler 

Paroles : Laure Brisa, Philippe Jaccottet 

Musique : Guillaume de La Villéon, Laure Brisa 

 

Zephyr 

Paroles : Laure Brisa 

Musique : Laure Brisa, Guillaume De La Villéon 

Production Nicolas Petitfrère 

Voix parlée Grec ancien : Margueurite Gâteau 

 

La Chambre 

Paroles : Laure Brisa 

Musique : Laure Brisa, Guillaume De La Villéon

Production : Nicolas Petitfrère 

Voix Add : Adela & Lenka Perroud

 

Extrait d’: Ophelia 

Texte : William Shakespeare 

Musique : Laure Brisa 

Tango 

Paroles et Musique : Laure Brisa

Production rythmique : Romuald Lauverjon  

 

Today is a Beginning 

Paroles et Musique : Laure Brisa

 

Main Thème (From « Lovers ») 

Musique : Laure Brisa, Romuald Lauverjon  

 

Extrait de : El rio de la luna (Moon River)

Voix : Vicenta Brisa Marco

 

La Servante Endormie 

Paroles et Musique : Laure Brisa 

Production et voix add : Nicolas Petitfrère 

 

Extrait de : L’Élan 

Musique : Laure Brisa 

 

Sorrows 

Paroles : Benoît Gob, Laure Brisa 

Musique : Laure Brisa 

Ajouts rythmiques, basse & arpeggiator : Canblaster

Production : Nicolas Petitfrère 

Remerciements

Clara Aycard, Alise Bacholle, Laurie Bellanca, Marie Bourgeois, Caroline Bouquet, Elise Caron, Olivier Connan, Erwan Djilali Bouzina, Jean-Vincent Brisa, Vicenta Brisa Marco, Marco Burian, Sarah Silverblatt Buser, Canblaster, Adrien Combes, Marion Floras, Jan Gadzi, Marguerite Gâteau, Olivier Germain, Benoît Gob, Emily Harries, Romuald Lauverjon, Alya Nazaraly, Jérémie Marketa Adela & Lenka Perroud, Nicolas Petitfrère, Manon Poudens, Marielle Slama, Claire Tabouret, Nicole Vautier, Armelle Vernier, Théâtre de la Bastille, Nouveau Théâtre de Montreuil

Le projet est porté par l’association Laure Brisa 

Contact  diffusion : Geneviève Clavelin - laurebrisa.diffusion@gmail.com

COPRODUCTEURS 

Festival Les Nuits Secrètes

Le Vellein, Scènes de la CAPI- Isère

Le Manège Maubeuge, Scène Nationale

Lux Scène Nationale, Valence

La Barbacane Scène conventionnée pour la musique, Beynes

Harpe en Avesnois

CCN2 -Centre chorégraphique national de Grenoble

Espace Culturel Odyssée, Eybens

 

L’Association Laure Brisa reçoit le soutien de la Direction des affaires culturelles d’Ile-de-France (DRAC- aide à la création), de la Région Ile de France, de la Spedidam, du Centre national de la Musique, France Active Garances Seine-Saint-Denis

LAURE-BRISAFly2 copie
LAURE-BRISAFly2 copie

press to zoom
Photo : Alexandre Brisa
Photo : Alexandre Brisa

press to zoom
Photo _ Alexandre Brisa
Photo _ Alexandre Brisa

press to zoom
LAURE-BRISAFly2 copie
LAURE-BRISAFly2 copie

press to zoom
1/23

Paroles 

The Letter (originale)

Hi Emily,

 

I was watching snow fall on a TV show and it reminded me of a strange, lovely day when I was seven years old.

 

We were living in New York in an apartment on the 10th floor. I was waiting for my mother as were going out to a store especially for me. I was going to buy a new scrap book ; I loved to do cut-outs of people and animals and different objects which I then pasted into scrap books. I had saved Pocket money to buy a new book and was standing in front of the open window of my room, holding all of my nickels and dimes in one hand. The sun was shining merrily and I was feeling very happy.

 

Then, by accident, I let one nickel fall. It went down, twinkling and shining, all the way to the courtyard, ten stories below. It was so, so pretty I couldn’t stop myself. One by one I let each coin fall to play in the sun and just stood there watching and humming to myself.

 

My mother came in as I let the last one go. She had to do what mums have to do: she sent me down to the courtyard to find my coins. I couldn’t find a single one. So Mummy said; «you will have to save your money again Ghislaine. We won’t go to the store today.» I had to wait for a long time before I could buy a new scrap book which I am sure I would have forgotten all about by now. But I can still see the coins dancing in the sun.

 

Love,

Ghislaine

The Letter 

I was waiting for my mother

The sun was shining merrily

I was feeling very happy

Then by accident 

I let one nickel fall 

Twinkling and shining 

I couldn’t stop myself

One by one I let each coin fall to play in the sun 

and just  humming to myself.

 

I can still see the coins dancing in the sun.

 

Let’s sit to the sun 

Let’s stare at the sun 

It’s a shinny day 

Oh My visions  

Extrait de Kirik

On imagine une comète qui reviendrait après des siècles du royaume des morts

Et, cette nuit, traverserait la nôtre en y semant les mêmes graines

We were here we are not anymore

Toi qui dors maintenant

Et qui respires en même temps

Que la mer

Moi, suspendue toute entière

Enveloppée dans la chevelure

De l'air

Zephyr 

The road brought a man

Who came to lie on the stone

He eyed me

All the full moon night long

 

He shook my soul with his eyes

And I played for him, for him

Seagulls were flying around

The abbey was drowning

Here ran a tear, oh lord

Please remember

And the wind took him over

The zephyr took him over

 

Cause I asked to the day

I prayed to the day

Under this burning sun

In the empty abbey

How has he come, how has he gone

He came with the wind

And with the wind he went

Splendid existence

In gold in red

See the sapphire trees

He brought wild horses

And peacocks from other spaces

Here grew a blossom, oh love

Please remember

And the wind took him over

The zephyr took him over

Doors slamming since the dawn of time

La Chambre 

A ta place je me suis allongée
j'ai vu mes yeux
dans ceux d'un autre te regarder
Il n’y a rien de grave,
La chambre s'est renversée

 

Et le veilleur attendant que la nuit passe
Tournait ses yeux vers ailleurs

 

Je flotte je sens ton cœur qui bat
Je sais que demain je ne serai plus là
Il n’y a rien de grave,
La chambre s'est renversée

 

Écoute nos corps nous suivent
L'horloge s'est arrêtée
Regarde, nous dansons
Il n’y a rien de grave
La chambre s'est renversée

Extrait : d'Ophelia

Hamlet Acte 4 Scène 5 - Entre Ophélie

They bore him barefac’d on the bier,

Hey non nonny, nonny, hey nonny,

And in his grave rain’d many a tear”—

Fare you well, my dove!

You must sing, “A-down, a-down,”

And you call him a-down-a.

O how the wheel becomes it! It is the false steward, that stole his master’s daughter.

There’s rosemary, that’s for remembrance; pray you, love, remember. And there is pansies, that’s for thoughts.

There’s fennel for you, and columbines.

There’s rue for you, and here’s some for me; we may call it herb of grace a’ Sundays. You may wear your rue with a difference. There’s a daisy. I would give you some violets, but they wither’d all when my father died. They say ’a made a good end—

“For bonny sweet Robin is all my joy.”

“And will ’a not come again?

And will ’a not come again?

No, no, he is dead,

Go to thy death-bed,

He never will come again.

His beard was as white as snow,

All flaxen was his pole,

He is gone, he is gone,

He is dead and gone, lady,

He is dead and gone,

God, We know what we are 

But we don't know what we may be 

He is dead and gone, lady,

He is dead and gone,

And we cast away moan,

God ’a’ mercy on his soul!”

And of all Christians’ souls, I pray God. 

God buy you.

Good night, ladies, good night. 

Sweet ladies, good night, good night.

Tango 

 

She said,

What have you seen in my eyes?

What have you seen in me?

This is not only because I'm pretty

No, no Why me?

He kept silent

He didn't dare

He stared at her

Space was troubled

He thought

What goes between ourselves

What flows between ourselves

Something said no no

Something said uh yeah

The real word underneath

Who has ever swum so deep?

You Know?

No, we know, we know

But we do want

Have you seen the man, wandering?

Have you seen his broken wing?

Is that him you're looking at? Is that you?

Begging love at the boarder?

Behind his own barbed wire?

Have you seen that child?

Have you heard the silence of her foodsteps on tiptoe?

To not disturb this deserted banquet

With nobody to share

Have you seen the old woman in the caravan

The bottles of whisky, those generous eyes

And that stagnant anguish

No, we know, we know

But we do want

They danced at the boarder

They danced in the troubled water

Their sensitive laught

Their drunken bodies

Their oxidised hearts

And Trembling you know

At dawn they doved through space

At dawn they escaped

To this glittering place

Where Butterflies come

Where Butterflies go

We are Butterflies

Today is a beginning

 

Today is a beginning 

The metal sea shimmers

Oh My glorious sister

I removed my skins 

To come back to you

And now I hear 

And now I feel 

 

Our sorrows collide and collapse us 

The blind heart holds on to the lie

Find a sword against illusion          

 

Look over the sky 

Look under the sea

How they are a mirror 

Time’s wings are beating 

You’re a tiny twig

Carried by the gusts 

Beat the rythm of the wind 

Cross the storm as a conductor baton 

 

Oh my glorious sister 

My shinny soul

I’m staring at you 

I swear I will carry you 

I swear I will love you  

 

La Servante Endormie

My eyes as a beacon, 
Look for you in heaven 
In a sea of clouds  
I say your name 

I just want you 
To speak to me once again  
About the wind 
About this open sky 
We both know that we fell from a height 

I feel asleep now, i'm ready to hear 
Do you see the light 
Behind my door? 
Will you enter? 
I'm dreaming of a field 
In the center 
There is a tree 
Made of our bodies 
Connecting heaven and sea 

Thus love crossed the sky 
Wearing the hair of a star, 
Dead since the dawn of time 
The story above

 Flows over us 

 

Sorrows

An eagle cries in the wild sky

Look at this heat

How can he survive ?

What a day hidden away

Cause i need to heal my sorrows

My life that you ignore is here

And nobody knows

 

My heart takes a breath before the morrow

This lazy day will give momentum

What a day hidden away

Cause i need to heal my sorrows

My life that you ignore is here

And nobody knows

October is almost done

Are you gonna come ?

 

Traduction 

La Lettre (originale) 

Salut Emily,

Je regardais la neige tomber dans une émission télévisée et ça m'a rappelé une étrange et belle journée lorsque j'avais sept ans.

Nous vivions à New York dans un appartement au 10ème étage. J'attendais ma mère car nous devions aller dans un magasin spécialement pour moi. J'allais acheter un nouveau cahier de collage;

J'aimais faire des découpages de personnes, d'animaux et de différents objets que je collais ensuite dans des albums.

J'avais économisé de l'argent de poche pour acheter un nouveau cahier et j'étais devant la fenêtre ouverte de ma chambre, tenant toutes mes pièces  dans une main. Le soleil brillait joyeusement et je me sentais très heureuse.

 

Puis, par accident, j'ai laissé tomber une pièce.

Elle tomba, scintillante et brillante, jusqu'à la cour, dix étages plus bas. C'était tellement, tellement joli que je n'ai pas pu m'en empêcher. Une par une, j'ai laissé tomber chaque pièce pour qu'elle joue dans le soleil et je suis restée là à les regarder et à chantonner pour moi-même.

 

Ma mère est entrée alors que je lâchais la dernière.

 Elle a dû faire ce que les mamans ont à faire : elle m'a envoyé dans la cour pour trouver mes pièces.

Je n'ai pas pu en trouver une seule. Alors maman a dit: « il faudra encore économiser ton argent Ghislaine. Nous n'irons pas au magasin aujourd'hui.» J'ai dû attendre longtemps avant de pouvoir acheter un nouveau cahier de collage dont je suis sûr avoir tout oublié  maintenant.

Mais je peux encore voir les pièces danser dans le  soleil.

 

Love,

Ghislaine

The Letter

J'attendais ma mère 

Le soleil brillait merveilleusement 

Je me sentais très heureuse

Puis par accident 

J'ai laissé une pièce tomber

scintillante et brillante

Je ne pouvais pas m'arrêter

Une par une, j'ai laissé chaque pièce tomber et jouer dans le soleil  

En fredonnant 

 

Je peux toujours voir les pièces danser dans le soleil 

Asseyons nous au soleil

Regardons le soleil 

C'est un jour brillant 

Oh mes visions  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zephyr 

La route a amené un homme 

Qui est venu se coucher sur la pierre 

Il m'a fixée

Toute la nuit de pleine lune

 

Il a secoué mon âme avec ses yeux

Et j'ai joué pour lui, pour lui

Les mouettes volaient autour

L'abbaye se noyait 

Ici a coulé une larme, seigneur

S'il te plaît, souviens toi

Et le vent l'a repris

Le zéphyr l'a repris 

 

Car j'ai demandé au jour 

J'ai prié le jour 

Sous le soleil brulant

Dans l'abbaye vide 

Comment est il venu?

Comment est il parti?

Il est venu avec le vent

Avec le vent il est allé

Splendide existence 

D'or et de rouge 

Vois les arbres de saphyre

Il a amené des chevaux sauvages

Et des paons d'autres espaces

Ici a poussé une fleur, oh amour 

S'il te plaît souviens toi 

Et le vent l'a repris

Le zéphyr l'a repris

Les portes claquent depuis la nuit des temps 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait : d'Ophelia

Hamlet Acte 4 Scène 5 - Entre Ophélie 

( Musique : Laure Brisa / Paroles : Shakespeare /trad: F V Hugo )

 

Ils l’ont porté tête nue sur la civière.

Hey no nonny ! nonny hey nonny !

Et sur son tombeau il a plu bien des larmes.

Adieu, mon tourtereau !

Il faut que vous chantiez: À bas ! à bas ! jetez-le à bas! Oh! comme ce refrain est à propos. Il s’agit de l’intendant perfide qui a volé la fille de son maître.

Voici du romarin; c’est pour ne pas oublier : je vous en prie, mon amour, n'oubliez pas; et voici des pensées, en guise de pensées.

Voici pour vous du fenouil et des colombines. Voilà de la rue pour vous, et en voici un peu pour moi; nous pouvons bien toutes deux l’appeler herbe de grâce, mais elle doit avoir à votre main un autre sens qu’à la mienne... Voici une pâquerette. Je vous aurais bien donné des violettes, mais elles se sont toutes fanées, quand mon père est mort... On dit qu’il a fait une bonne fin. 

Car le bon cher Robin est toute ma joie.

Et ne reviendra-t-il pas? Et ne reviendra-t-il pas? Non! Non! il est mort.

Va à ton lit de mort. Il ne reviendra jamais. Sa barbe était blanche comme neige, Toute blonde était sa tête. Il est parti! il est parti! Et nous perdons nos cris. Dieu ait pitié de son âme! Et de toutes les âmes chrétiennes! Je prie Dieu. Dieu soit avec vous!

Bonne nuit, mes dames ; bonne nuit, mes douces dames ; bonne nuit, bonne nuit!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tango

Elle dit

Qu'as tu vu dans mes yeux ?

Qu'as tu vu en moi?

Ce n'est pas juste parce que je suis jolie 

Pourquoi moi?

Il est resté silencieux 

Il n'a pas osé 

Il la regardait

L'espace était troublé

Il pensa 

Que passe t'il entre nous?

Qu'est ce qui coule entre nous? 

Quelque chose disait Non Non 

Quelque chose disait Uh Year 

Le vrai mot en dessous 

Qui a déjà nagé si profond ?

Tu sais ? 

Non, nous savons, nous savons 

Mais nous voulons 

As tu vu l'homme errant ?

As tu vu son aile cassée ?

Est-ce lui que tu regardes ? Est-ce toi ?

Mendier l'amour à la frontière ?

Derrière ses propres fils barbelés ?

As tu vu cet enfant ?

As tu entendu le silence de ses pas sur la pointe des pieds ?

Pour ne pas déranger ce banquet desert

Avec personne pour partager 

As tu vu cette vieille femme dans la caravane

Les bouteilles de whisky, ses yeux généreux

Et cette angoisse stagnante 

Non, nous savons, nous savons 

Mais nous voulons 

Ils ont dansé à la frontière

Ils ont dansé dans l'eau trouble

Leurs rires sensibles

Leurs corps ivres

Leurs coeurs oxydés

Et tremblants, tu sais 

À l'aube ils ont plongé dans l'espace 

À l'aube ils se sont échappés

Vers ce lieu scintillant 

Où les papillons vont 

Où les papillons viennent 

Nous sommes des papillons 

Today is a beginning

 

Aujourd'hui est un commencement 

La mer de metal scintille

Oh ma soeur glorieuse

J'ai retiré mes peaux 

Pour revenir à toi

Et à présent j'entends

Et à présent je sens 

 

Nos peines se heurtent et nous effondrent

Le coeur aveugle poursuit le mensonge 

Trouve une épée contre l'illusion          

 

Regarde au ciel 

Regarde sous la mer

Comme ils se font miroir 

 

Les ailes du temps battent 

Tu es une petite brindille

Emportée par les rafales 

Bat le rythme du vent

Traverse l'orage comme la baguette du chef d'orchestre

Oh ma soeur glorieuse

Mon âme brillante 

Je suis face à toi

Je jure que je prendrai soin de toi

Je jure que je t'aimerai 

 

La Servante Endormie

Mes yeux comme un phare 
Te cherchent au ciel 
Dans la mer nuageuse
Je dis ton nom 

Je veux juste 
Que tu me parles encore   
Du vent 

De ce ciel ouvert  
Nous savons tous les deux que  nous sommes tombés de haut  

Je suis assoupie, je suis prête à entendre
Vois tu la lumière
Derrière ma porte  ?
Vas tu entrer ? 
Je rêve d'un champs
Au centre
Il y a un arbre
Fait de nos corps 
Il relie le ciel et la mer 

Ainsi l'amour a traversé le ciel  
Portant la chevelure d'une étoile
Morte depuis la nuit des temps 
L'histoire au dessus 

S'écoule sur nous 

Sorrows

Un aigle crie dans le ciel sauvage 

Regarde cette chaleur 

Comment peut il survivre ?

Mais quelle journée douce, bien à l'abri

Puisqu'il faut panser mes peines

Ma vie que tu ignores est là 

Ma vie que tu ignores

 

Mon coeur reprend son souffle avant demain 

Ce jour de rien donnera de l'élan 

Mais quelle journée douce, bien à l'abri

Puisqu'il faut panser mes peines

Ma vie que tu ignores est là 

Ma vie que tu ignores

Octobre touche à sa fin

Vas tu venir ?